Télépro
CompteAbonnez-vous
Suivre Télépro
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Flux RSS

Articles en relation

Concours

Star canadienne Bienvenue chez Vous : gagnez des abonnements d'un mois à Télépro

Pour remporter votre mini-abonnement à Télépro (4 n° gratuits), répondez à la question ci-dessous. => si vous avez regardé l'émission, vous connaissez la réponse !

Boutique

Destin de Star 60 ans du rock Destin de Star 60 ans du rock

1954-2014 60 ans de rock raconté par Eric Laforge et Laurent Rieppi de Classic 21 ! + un concours exclusif : un minitrip à Londres, «sur les ...



Léonard de Vinci, la face caché du génie


Facebook Twitter Envoyer par mail Imprimer

Publié le 03/07/2012 - 16h15

NoteNoteNoteNoteNote 0/5 (0 votes)

Léonard de Vinci, la face caché du génie

Une chercheuse du FNRS, spécialiste du personnage, nous en dévoile les aspects méconnus !

Mercredi 18 juillet 2012 à 22h55, France 3 programme un doc sur ce génie. Près de 500 ans après sa mort, Léonard de Vinci (1452-1519) fascine encore et toujours les historiens et collectionneurs du monde entier. Mais qui était-il vraiment ? Réponses avec Laure Fagnart, historienne de l'art, spécialiste de Léonard de Vinci et chercheuse à l'ULg pour le compte du FNRS.

Entretien : Stéphanie BREUER

À l'heure actuelle, l'image de Léonard de Vinci peintre prédomine. Mais de son vivant, il était célèbre davantage comme ingénieur que comme artiste...

Tout à fait. Paradoxalement, il considère la peinture comme l'activité la plus intéressante, supérieure aux autres activités humaines, mais il gagne plus sa vie en tant qu'ingénieur militaire que peintre.

En quoi Léonard de Vinci était-il différent des autres artistes de son temps ?

Il se différencie par une curiosité assez impressionnante, il s'intéresse à tout. Tout au long de sa vie, il mène des recherches dans des directions qui peuvent paraître contradictoires. Et cela, pour mieux connaître le monde et pouvoir le peindre le plus exactement possible.

«Il dissèque des corps»


Il avait aussi un grand sens de l'observation...

Léonard de Vinci accorde énormément de place à l'expérimentation et non aux croyances toutes faites. Par exemple, il va disséquer des animaux, et même des êtres humains pour essayer de comprendre comment le sang circule, comment les tendons sont attachés aux muscles... Il ne veut pas simplement croire ce qu'il lit dans les livres, il veut le voir de ses propres yeux. Cette curiosité et cet intérêt pour l'expérimentation sont assez neufs et modernes et le distinguent d'autres artistes.

Léonard de Vinci a imaginé de nombreuses inventions, à nos yeux très modernes : des systèmes hydrauliques, des parachutes, des chars d'assaut... Mais il a en fait beaucoup copié d'autres savants...

Oui, cet aspect est mis en avant par la recherche actuelle. Dans le domaine de l'ingénierie militaire, de Vinci s'inspire de machines de guerre existant dès l'Antiquité, et réutilisées durant le Moyen Âge et la Renaissance. Parfois, il perfectionne certains éléments (des engrenages, des roues...), mais il utilise en grande partie ce qui a déjà été inventé.

Pourquoi Léonard de Vinci a-t-il laissé des milliers de notes, mais seulement une vingtaine de peintures ?

Sans doute en raison de sa technique de peinture qui lui demandait beaucoup de temps. Léonard de Vinci avait également du mal à achever ce qu'il entreprenait. Cela était parfois dû aux circonstances de la vie, mais aussi sans doute à un perfectionnisme poussé à l'extrême. De plus, sa grande curiosité lui demande du temps, car il mène des recherches pour tous les motifs de ses tableaux.

«Il écrivait de droite à gauche»


Est-il exact que Léonard de Vinci pratiquait l'écriture inversée ?

Oui, il écrivait de droite à gauche. Un miroir est donc nécessaire pour lire ses notes. Cette question n'est pas tout à fait résolue malgré les nombreuses recherches. Pour certains, Léonard était un peu parano et craignait que ses élèves lui volent ses inventions, il aurait donc écrit de cette façon codée. Mais cette hypothèse ne tient pas quand on prend en compte la première trace de cette écriture inversée : elle date de 1473, de sa jeunesse, il n'a alors pas encore de secret à cacher. En fait, Léonard de Vinci était gaucher. Cette écriture était peut-être plus naturelle pour lui et n'a jamais été corrigée.

Léonard de Vinci est l'objet de légendes. Ainsi, on lui prête une appartenance à la franc-maçonnerie, aux Illuminati...

Ce sont des choses que les contemporains essayent de lui associer. Mais la franc-maçonnerie n'existait pas dans la forme actuelle à son époque. C'est plutôt le succès du «Da Vinci Code» qui a accentué toutes ces histoires. Il avait certains traits de caractères différents des autres artistes, mais n'était pas en-dehors du temps, ou dans des cercles parallèles.

«Végétarien et homosexuel»


Que sait-on de lui ?

Il était végétarien, ce qui est inhabituel à son époque. Il n'a eu ni famille ni femme. Il était sans doute homosexuel, mais cela relevait plutôt de l'apprentissage de la sexualité. Il a eu des aventures avec certains de ses élèves, chose assez courante à cette époque.

Un autre mystère concerne son physique. Sa seule représentation est son autoportrait où il apparaît comme un sage grec...

Nous n'avons pas de témoignages contemporains. Les premières biographies, écrites après sa mort, le qualifient de très grand, très fort et beau. Mais ce sont sans doute des topos pour accentuer son génie artistique. Et l'autoportrait n'est pas reconnu comme une œuvre originale par tous les spécialistes, mais plutôt comme un dessin d'élève. Peut-être y avait-il une volonté de diffuser cette image d'un homme au savoir universel.

Pour conclure, peut-on dire que Léonard de Vinci était l'un des plus grands génies de l'Histoire ?

Oui. Léonard de Vinci bouleverse l'histoire de l'art de façon fondamentale. Il est un artiste charnière entre les époques. Il fait des progrès dans la technique de peinture, il renouvelle la manière de représenter les sujets religieux, il représente la nature d'une façon différente de ses prédécesseurs. Ses innovations et ses apports sont fondamentaux. Sa renommée est fondée.

le partenaire des médias