Votes 0 avisPartager   Facebook    Twitter    Emailjeudi 12 avril

Les "centurions" romains réclament bruyamment un statut devant le Colisée

Une cinquantaine de "centurions", ces figurants souvent chômeurs qui se font rémunérer illégalement pour poser avec les touristes devant les monuments de Rome, ont manifesté jeudi devant le Colisée, pour obtenir de la mairie un statut et travailler légalement, a constaté l'AFP.

Les centurions ont déclaré vouloir recevoir "une assurance écrite" de la municipalité de Rome, a expliqué David Sonnino, le porte-parole des "centurions", alors que le ministère de la Culture a demandé leur éloignement du Colisée, par souci du décorum.

Devant une foule de badauds amusés par le spectacle, la police a obligé quelques-uns d'entre eux perchés au premier étage du célèbre amphithéâtre d'en descendre. Quelques échauffourées ont opposé "centurions" et policiers municipaux, et la protestation s'est déplacée à l'intérieur du monument.

Les "centurions" se plaignent de ne plus pouvoir poser avec les touristes devant le Colisée en vertu d'un arrêté municipal émis le 4 avril pour faire respecter une loi régionale de 2002 interdisant le commerce ambulant à proximité de monuments historiques. Ils risquent maintenant des poursuites pénales, à chaque fois qu'ils se postent habillés en centurions devant le Colisée, le Château Saint-Ange ou le Panthéon.

La présence parfois agressive de ces hommes musclés en tunique rouge, avec leur glaive et leur casque, aux portes des monuments les plus célèbres fait couramment l'objet de protestations des touristes, qui leur reprochent de leur soutirer des sommes abusives (jusqu'à 100 euros) pour une simple photo.

Plusieurs d'entre eux avaient été arrêtés l'an dernier lors d'une opération de police

Déguisés en centurions, des policiers avaient alors voulu les prendre en flagrant délit de violences: les agents s'étaient fait agresser par des "centurions" qui défendaient âprement leur territoire face à ces nouveaux venus.

Des familles de la "malavita" (petite délinquance, ndlr) romaine auraient la haute main sur le recrutement de ces hommes, souvent des chômeurs venus des banlieues populaires.

Une ruse couramment employée par les "centurions" est d'emprunter l'appareil photo à un touriste et de refuser de lui rendre tant qu'il ne s'est pas acquitté d'une somme substantielle.

Les "centurions" n'ont aucune licence pour leur métier. Parmi les possibilités de réglementation qu'ils évoquent, il y a celle d'obtenir une carte, délivrée par la mairie.

"La mairie nous accuse de dégrader les monuments historiques, mais cela n'est pas vrai: nous sommes en harmonie avec le monument. Les gens sont contents de poser avec nous, ils nous offrent ce qu'ils veulent", assure David Sonnino.

Accusés de travailler "au noir", les centurions se défendent d'être des fraudeurs. "Nous voulons des règles, nous voulons payer les impôts!", dit David Sonnino.

Légende & Crédit photo : Manifestation de "centurions" devant le Colisée à Rome, le 12 avril 2012 ©AFP / Alberto Pizzoli / AFP / AFP / Alberto Pizzoli / AFP


Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Votre Avis


Vous désirez réagir ?
Faites-en profiter la communauté et donnez votre avis.





Nos recettes

Découvrez chaque semaine, nos recettes à imprimer.  Voir nos recettes

Recettes Télépro

Conseils «éco-driving »

Notre pilote Pierre-Yves Rosoux vous donne des conseils pour consommer moins avec votre voiture. En savoir plus

Eco-driving

Concours télés locales

Grâce à l'émission « Bienvenue chez vous », participez au concours !

Bienvenue chez vous
Tags