Votes 0 avisPartager   Facebook    Twitter    Emaildimanche 23 janvier

Rubygate: près d'un Italien sur deux pense que Berlusconi doit démissionner

Près d'un Italien sur deux pense que le chef du gouvernement Silvio Berlusconi, impliqué dans le scandale "Rubygate", doit démissionner, selon un sondage publié dimanche dans Le Corriere della Sera.

49% des 800 personnes interrogées mercredi et jeudi estiment que le président du conseil doit partir, contre 45% qui sont d'un avis inverse.

Un résultat qui, analyse le quotidien le plus lu de la Péninsule, est "déterminé par la position majoritairement anti-berlusconienne de l'électorat du centre et, en particulier, de Futur et Liberté", la formation créée par Gianfranco Fini, l'ancien allié et maintenant rival du Cavaliere.

Notant que les intentions de vote pour les différents partis ont peu évolué depuis décembre, avec le parti du Peuple de la liberté (PDL) de Berlusconi toujours aux environs de 30%, le journal estime que l'affaire, qui fait depuis des jours la Une des quotidiens, n'"a eu jusqu'ici qu'un effet: un détachement accru de la politique et une augmentation de l'indécision et de la tentation de l'abstention".

Silvio Berlusconi, déjà fragilisé par l'effritement de sa majorité, est empêtré dans une nouvelle affaire sexuelle, l'enquête "Rubygate", dans laquelle il est soupçonné d'avoir eu recours à une prostituée mineure et d'abus de fonctions par le parquet de Milan (nord).

Il a réitéré samedi dans un message téléphonique lors d'une réunion du PDL qu'il n'était pas question pour lui de démissionner: "je ne fuis pas, je ne démissionne pas". Il s'en est également à nouveau pris aux juges, assurant avoir "été soumis à des écoutes et espionné non suite à la suspicion d'un délit mais pour chercher des hypothèses de délit".

L'opposition est unanime à demander le départ d'un homme dont le comportement provoque de "dures critiques" nuisant à l'image de l'Italie, comme l'a déclaré samedi Fini. "Qui a remporté les élections n'est pas au-dessus de la loi", a-t-il lancé, insistant: "la loi est égale pour tous et qui fait des erreurs doit payer".

Le Parti démocrate (gauche) de son côté a lancé une pétition "pour recueillir 10 millions de signatures et renvoyer chez lui" Berlusconi

L'écrivain Roberto Saviano, célèbre pour sa dénonciation de la mafia dans "Gomorra", a pour sa part apporté son soutien aux magistrats chargés de l'affaire Ruby. "Ils vivent des moments difficiles seulement pour avoir fait leur métier de justice", a-t-il déclaré en leur dédiant une récompense universitaire qui lui a été remise samedi à Gênes.

Un geste qui a fait "littéralement horreur" à Marina Berlusconi, fille aînée du magnat et présidente de sa holding Fininvest et du groupe d'édition Mondadori, qui a publié Gomorra. Reprenant les attaques de son père contre une "persécution personnelle", elle a affirmé que l'écrivain "nie tout ce pour quoi il a toujours proclamé se battre".

Légende & Crédit photo : Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi à Rome le 20 janvier 2011 ©AFP/Archives / Andreas Solaro / AFP / AFP/Archives / Giuseppe Aresu / AFP


Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Votre Avis


Vous désirez réagir ?
Faites-en profiter la communauté et donnez votre avis.





Nos recettes

Découvrez chaque semaine, nos recettes à imprimer.  Voir nos recettes

Recettes Télépro

Conseils «éco-driving »

Notre pilote Pierre-Yves Rosoux vous donne des conseils pour consommer moins avec votre voiture. En savoir plus

Eco-driving

Concours télés locales

Grâce à l'émission « Bienvenue chez vous », participez au concours !

Bienvenue chez vous
Tags